Organisations et services spécialisés non étatiques

La société civile en tant qu’actrice principale

La Convention d’Istanbul attribue aux ONG, aux services spécialisés et aux autres acteurs de la société civile un rôle important au niveau de la mise en œuvre et du suivi. En Suisse, ce sont des organisations non gouvernementales et à but non lucratif qui assument une grande partie des offres d’assistance et qui sont responsables des institutions de protection pour les personnes concernées par la violence. La Convention contraint la Suisse à encourager ces offres et à développer avec elles des collaborations. Compte tenu de leur expérience du terrain, les ONG et les services spécialisés sont les principaux partenaires de l’organe en charge de l’évaluation, GREVIO, dans la mesure où c’est à lui qu’ils rendent compte de la situation dans leur pays respectif.

Développement du réseau suisse

Le GREVIO incite les ONG à mener une action collective et concertée. En Suisse, un réseau issu de la société civile est en train d’être mis sur pied en rapport avec la Convention d’Istanbul. Un groupe de travail se charge de la coordination du développement de ce réseau. Sa composition est actuellement la suivante :

cfd — l’ONG féministe pour la paix
DAO — Fédération Solidarité Femmes de Suisse et du Liechtenstein
FIZ — Centre d’assistance aux migrantes et aux victimes de la traite des femmes
Coordination post Bejing des ONG Suisses
TERRE DES FEMMES Suisse

Les ressources relatives au développement du réseau sont mises à disposition par les ONG. TERRE DES FEMMES Suisse assume la responsabilité de ce site Internet. Les instances et les organisations qui manifestent de l’intérêt pour celui-ci peuvent s’adresser à Simone Eggler, TERRE DES FEMMES Suisse.